Fusaïoles et "CELTOMANIE": faut-il en rire ou en pleurer?

par

Michel FEUGèRE,

Chargé de recherche au CNRS

paru dans la revue d'Archéologie

"INSTRUMENTUM"

(Décembre 1997)

Ce sont des fusaïoles et non des rouelles!!!

La " CELTOMANIE " a beau faire sourire les archéologues, elle n'en reflète pas moins le décalage qui existe encore et toujours entre l'état de la connaissance historique à un moment donné et la perception que peut en avoir un certain public. Ainsi a-t-on vu en France, ces dernières années, paraître successivement plusieurs ouvrages consacrés à ces objets emblématiques que sont les rouelles (1 à 3 & 7). Hélas, malgré leur enthousiasme pour tous les objets circulaires patiemment collectionnés au fil des ans, aucun de ces auteurs ne semble avoir accès à une bibliothèque d'archéologie. Il s'ensuit un joyeux mélange d'objets de nature et de fonctions très différentes, allant de la pièce de tracteur à la fusaïole récente, en passant bien sûr de temps à autre par d'authentiques rouelles gauloises.

A la suite de ces errements, les catalogues de ventes numismatiques présentent régulièrement (faut-il en rire ou en pleurer?) dûment répertoriés grâce aux savants ouvrages ci-dessus, divers objets circulaires dénommés "rouelles". Qu'il s'agisse d'un objet antique ou d'un anneau de rideau, les prix peuvent atteindre plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines d'euro.

Aussi faut-il se réjouir de voir des archéologues s'intéresser à ces fameuses "rouelles" si prisées du grand public. Deux articles récents ont le mérite de montrer, de manière définitive, que les anneaux en plomb ou étain pourvus d'excroissances généralement triangulaires, sont en fait, pour la plupart, des fusaïoles modernes (4, 5 & 8). Utilisées dans certaines régions jusqu'au début du XX ème siècle, ces fusaïoles ont pu induire en erreur des chercheurs abusés par des provenances souvent peu significatives (gués, proximité d'un site antique…) (6).

Il reste à préciser la chronologie de ces objets en utilisant, autant que possible, les découvertes datées par des contextes fiables, et en séparant nettement les amulettes, objets votifs ou religieux, des simples accessoires de filage beaucoup plus fréquents, notamment sur les habitats.

BIBLIOGRAPHIE: 

(1) VICTOOR (R.) - Rouelles celtes et objets assimilés, Rosendaël 1989

(2) LASNIER - SIRON (P.) - Rouelles celtes, objets mystérieux, Sauveterre de Guyenne 1995

(3) SALICIS (C.) - Rouelles et anneaux: objets singuliers, Nice 1996

(4) CHEVILLOT (Ch.) & MOISSAT (J.-C.) - Des fileuses, des fusaïoles en plomb et des pseudo-monnaies gauloises , Documents d'Archéologie et d'Histoire Périgourdines 9, 1994, p.89 – 104

(5) DUBOIS (J.) - Fusaïoles en moyenne Corrèze, Travaux Archéol. Limousins 17, 1997, p.123-127

(6) FOUET (G.) & OMNèS (J.) - Les rouelles en plomb antiques de la Collection Frossard, Mém. Soc. Arch. Midi de la France XLVI, 1985-1986, p. 5-20 

Addendum ( Edgar & Joële WENDLING):                                                                                                                         Aux ouvrages de VICTOOR, LASNIER-SIRON et SALICIS, il convient de rajouter:

                                                                                                                                                                                         (7)   MISTRAL (P.) - Le mystère de la rouelle, 1998

                                                                                                                     (8)  QUéRé (M.) – Les rouelles tronconiques, Maison Florange 2000